Menu
Des produits au goût exceptionnel & respectueux de la Terre !
Vinaigrerie des Quatre Voleurs (Aux Bons Plants) - Bernard Pichetto et Laurence Collet

Vinaigrerie des Quatre Voleurs (Aux Bons Plants)Bernard Pichetto et Laurence Collet

A mi-chemin entre Gaillac et Castres, dans la belle campagne du Tarn, se nichent l'exploitation et la vinaigrerie de Bernard Pichetto et Laurence Collet.

C'est là qu'ils cultivent, "en bio bien sûr !", des dizaines et des dizaines de plantes aromatiques, une véritable passion pour ces deux producteurs !

Laurence, qui est à l'origine de l'exploitation, en est le pilier nous dit Bernard Pichetto ! Lui se voit comme l'artiste de l'exploitation, un aromaticien dénicheur de plantes rares ou oubliées. Ancien restaurateur, il met son infatigable imagination au service du goût. C'est ainsi qu'un de ses plus grands plaisirs consiste à élaborer de nouvelles recettes... et pourquoi pas des recettes de vinaigre !

Au pays du vin de Gaillac, il est l'ami du vigneron bio Rémy Kuntz, un des meilleurs du département.

Par ailleurs extrêmement érudit, Bernard se passionne tout autant pour les recettes d'autrefois que pour les plantes.

Il n'en fallut pas plus pour que naissent les deux vinaigres que nous sommes extrêmement fiers de vous présenter ici.

La Vinaigrerie des Quatre Voleurs tire son nom de l'un d'entre eux, le vinaigre des 4 Voleurs.

Bernard Pichetto nous raconte :

"Parmi tous les vinaigres de santé utilisés à travers les âges, le vinaigre des quatre voleurs doit autant sa notoriété aux mystères qui l'entourent encore qu'à la maladie, de sinistre renommée, à laquelle il était censé remédier.

Dans la posologie officielle du Codex pharmaceutique, qui le consacre en 1748, on trouve 13 plantes, 9 bactéricides et 4 insectifuges/insecticides (absinthes, acore calamus et rue). Les premières, et le vinaigre lui-même, protégeaient des diverses pathologies de l'époque et les secondes éloignaient ou tuaient les insectes.

Mais il faudra attendre la fin du XIXème siècle et la découverte de la bactérie Yersina pestis, par Alexandre Yersin, pour découvrir que la puce est le vecteur de la peste, puce elle-même transportée par les chats et les rats fort nombreux en ce temps.

Nos aïeux ont donc établi une formule empirique « Je ne sais pas pourquoi, mais ça marche...» qui est restée inscrite au Codex jusque dans les années 1930, et que quelques pharmaciens-herboristes préparent encore contre la grippe et autres affections hivernales...

Nous élaborons un vinaigre des quatre voleurs culinaire, sans le camphre un peu trop typé 'médicament' et sans les végétaux amers ou sujet à doute toxicologique, avec des vins blancs bio de la région de Gaillac et huit plantes, bio également, ail rose, cannelle, girofle, lavande, menthe, muscade, romarin et sauge.

De l'entrée au dessert, il n'attend que votre imagination gastronomique..."
Ses produits
Notre newsletter