Menu
Des produits au goût exceptionnel & respectueux de la Terre !

Bonjour,

Je m'appelle Agnès Poujol Hardy et je suis la fondatrice du Goût est dans le pré.

le Goût est dans le pré est né d'une double envie :

  • L'envie de partager mon goût pour les bons et beaux produits ;
  • Et l'envie de contribuer à la préservation de notre planète en facilitant l'accès à des produits issus de petits producteurs et vignerons engagés dans des pratiques respectueuses de la Terre, des animaux et de notre santé.

Depuis 2010, mon grand plaisir est ainsi de découvrir pour vous des produits « bons à tomber par terre » ET respectueux de la Terre !

Pourquoi choisir le Goût est dans le pré ?

  • Parce que j'ai goûté chaque produit et chaque vin que je vous propose. Je vous parle de chacun d'entre eux avec l'émotion que j'ai ressentie en les découvrant !
  • Parce que derrière chaque produit ou vin, il y a un producteur ou un vigneron, des hommes et des femmes engagés que j'ai tous rencontrés et avec lesquels j'échange régulièrement. Ecouter leur passion, découvrir leur travail, comprendre leurs défis est pour moi une véritable joie que je partage avec vous à mon tour.
  • Parce que vous offrir un service d'une qualité irréprochable est mon exigence de tous les jours récompensée par le label Or d'eKomi, un tiers de confiance qui recueille les avis de nos clients.

Une histoire de goût…

Pour moi, tout a commencé par de bons produits. Il y a un souvenir qui m’accompagnera toute ma vie, c’est celui du goût des tomates que mon grand-père maternel cultivait avec amour dans son jardin. Je me souviens en particulier de celle qu’il me tendit un jour, tout juste après l’avoir cueillie. Elle était gorgée de soleil et exhalait un parfum incroyable. Mon grand- père, qui pourtant ne les aimait pas, produisait pour le plus grand plaisir de sa famille les plus merveilleuses tomates que j’ai jamais goûtées. Il entretenait également quelques ruches dont il extrayait un miel au chaud parfum de sa terre de Rieu-Sec. Plus tard, c’est lui qui m’initia à la dégustation du vin.

Les femmes ne sont pas en reste dans mon éducation au goût car j’ai été et je suis encore entourée de fines cuisinières ! L’attention portée au choix des produits a été une composante importante de cette éducation.

Le goût est généreux, il continue de se développer tout au long de notre vie et certaines personnes m’ont fait prendre des virages décisifs !

Il y a d’abord eu Robert Linxe, fondateur de la célèbre Maison du Chocolat auprès duquel j’ai travaillé plusieurs années. J’ai appris avec lui la dégustation du chocolat comme d’autres apprennent la dégustation du vin. Des années après, il me reste de cette expérience marquante le plaisir de travailler avec des produits de bouche d’exception auprès d’une clientèle de gastronomes.

Il y a aussi mon ami Jacques Genin, « fondeur en chocolat » (ce sont ses mots !), un artisan du goût magnifique, d’une exigence rare.

… et de pré !

Issue d’une famille d’agriculteurs et d’éleveurs implantés dans le Sud-Ouest, je suis profondément attachée à la terre et à ceux qui la travaillent. Grâce à eux, je connais la saveur d’une pêche, d’un melon ou de raisin chasselas cueillis à parfaite maturité, la saveur du lait qui sort du pis de la vache et celle du foie gras et du confit de canard ou d’oie préparés selon des recettes ancestrales.

« Ecolo » avant l’heure, mon grand-père aux tomates réalisait son propre compost et me houspillait lorsque j’oubliais d’éteindre une lumière ou que je gaspillais de l’eau… Comme il avait raison ! Il m’a appris à respecter la Terre !

Slow Food

Le goût, la terre, tout cela m’emmena à Slow Food bien sûr !

Au détour d’un voyage en Toscane, j’ai découvert que je pouvais partager les valeurs dont j’étais porteuse avec une large communauté de producteurs, de cuisiniers et de « co-producteurs » ou « consom’acteurs » regroupés au sein du mouvement associatif international Slow Food dont je suis depuis membre active.

Mon éducation au goût s’est poursuivie naturellement au travers des ateliers du goût encadrés par d’éminents spécialistes en analyse sensorielle et organisés par Slow Food dans le cadre de ses manifestations. Celles-ci sont internationales comme le Salone del Gusto qui se tient à Turin (Italie) tous les deux ans ou se déroulent dans le cadre d’antennes locales appelées « conviviums ».

Comme le souligne Carlo Petrini, Président de Slow Food International, dans son ouvrage « Bon, Propre et Juste », « la biodiversité diminue à vue d’œil, surtout l’agrodiversité, avec une réduction systématique des races animales et des variétés végétales lesquelles, pendant des siècles, avaient contribué à la subsistance de territoires entiers dans une entente homme/nature parfaitement durable. »

Nous, c’est aussi tous ceux qui participent à cette belle aventure et la soutiennent de près ou de loin !

Je remercie du fond du cœur chacun d’entre eux :

Mes « petits producteurs » d’abord ! Sans eux, le Goût est dans le pré n’existerait tout simplement pas ! Je relate à la rubrique qui leur est consacrée leur travail et leur engagement, je vous invite à les y retrouver !

Tous mes amis de Slow Food et en particulier : Gilbert Dalla Rosa et Henri Lapeyre (disparu bien trop tôt) de Slow Food Bizi Ona grâce à qui je suis en mesure de vous proposer des « pépites » du Béarn et du Pays Basque ; Juliette Helson, Lucia Penazzi et Jean Lhéritier, acteurs de longue date du mouvement Slow Food en France.

Notre newsletter