Menu
Des produits au goût exceptionnel & respectueux de la Terre !
Association des producteurs de petit-épeautre de Haute-Provence

Association des producteurs de petit-épeautre de Haute-Provence

Depuis des milliers d'années, l'histoire du petit-épeautre (Triticum monococcum) est étroitement liée à celle des civilisations méditerranéennes. Cette céréale était consommée en abondance jusqu'à l'époque romaine, mais par la suite, elle fut quasiment totalement substituée par le blé (tendre et dur), qui prit la place de plusieurs céréales mineures, permettant une augmentation de la productivité et un allègement du travail (pas de décorticage). En effet, l'épeautre est une céréale "vêtue", ce qui signifie qu'elle doit être décortiquée avant d'être consommée (avec un travail semblable à celui du riz).

Depuis quelques années, le petit-épeautre a recommencé à susciter un fort intérêt, et ce grâce à la rusticité de sa plante, adaptée à des climats semi-arides et à des terrains pauvres, à la qualité nutritive et organoleptique de ses grains particulièrement riches en protéines, magnésium et phosphore.

Le petit-épeautre de Haute-Provence est une population botanique locale dont les premières traces remontent à 9000 avant JC. et dont on estime qu'elle provient de la face occidentale de l'actuelle Turquie. Aujourd'hui, une cinquantaine de producteurs, dont les champs s'étendent sur 200 hectares répartis sur 235 communes à plus de 400 m d'altitude en Haute-Provence, sont réunis dans un syndicat et ont obtenu une IGP (Indication Géographique Protégée) pour les grains et la farine.

Ils ont rédigé un cahier des charges rigoureux qui suit les critères de l'agriculture biologique et promeuvent leur produit avec l'appui notamment des restaurants de la région et en participant aux foires et marchés locaux.

Le petit-épeautre est parfaitement adapté aux conditions environnementales, certes rudes (sol calcaire et climat chaud), de la zone de production, et il alterne avec les champs de lavande et de pois, avec lesquels il est en rotation. Il a un cycle annuel d'environ 11 mois et une productivité réduite, mais sa capacité d'adaptation lui permet de compenser largement les difficultés inhérentes à sa production.
Ses produits
Notre newsletter